Jeudi 26 novembre 4 26 /11 /Nov 11:16

On peut diviser la période en deux étapes : la première emprunte un décor italien sur une base architecturale gothique, et dans la deuxième architecture et ornementation sont inspirées de l'antiquité gréco-romaine, et ce de manière exclusive dès le début du XVIème.

Dans le tout début du XVème, la base du meuble est toujours très moyenâgeuse, et seuls les décors changent. Mais rapidement, tant de nouveauté apporte de bien utiles assemblages comme la queue d'aronde, la coupe d'onglet et les moulures dites à petit ou à grand cadre, selon qu'elles soient saillantes du châssis ou non. Le chêne avait l'exclusivité autrefois, mais désormais on utilise aussi le noyer, plus facile à travailler et qui permet des sculptures plus fines. Le mobilier devient de moins en moins austère, les teintes s'éclaircissent et la conception d'ouvrage seulement utile fait place à des meubles de confort.
A la fin du XVIème, les premières marqueteries apparaissent et le nouveau nom d'ébéniste -soit plaqueur en ébène- est créé. Il faut également ajouter que le huchier du moyen âge, réalisant huches, coffres….change de nom en celui de menuisier : c'est celui qui exécute de menus travaux et l'on sent là toute l'évolution du métier.

Pour la première période renaissance que nous avons évoqué, les arabesques , grotesques, oves, rais de cœur mascarons, rinceaux, médaillons bombés, cuirs, coquilles, chimères, cariatides…. fleurissent sur des bases gothiques. Toutes ces sculptures en ronde bosse chargent le meuble et rares sont les endroits laissés sans ornementation.

Pour le période dite Henri II, nous arrivons à des formes architecturales plus simples, soulignées par des moulures libres de sculptures ou seulement enrichies de godrons. Des ordres antiques cannelés ou des pilastres soutenant des chapiteaux romains réunis par des arcades structurent ces ensembles coiffés souvent de frontons brisés. Les lignes générales sont simplifiées et l'on s'en contente parfois, et lorsqu'il y a ornementation, elle se retrouve à l'intérieur. Ce sont les prémices du goût Louis XIII.

LES MEUBLES

La table : De forte inspiration italienne, elles sont munies de nombreux pieds, soit six, huit ou neuf. Le plateau est assemblé selon la technique de l'arasé qui permet de réaliser des marqueteries simples de bois massif assemblé à rainures et à languettes. Deux rallonges apparaissent cachées sous le plateau principal et se tirent selon le système vertugadin.

Le buffet deux corps

La caquetoire : chaise de confort pour l'époque, on lui attribue une forme trapézoïdale et un dossier incliné d'environ 12 degrés.

Le cabinet : Buffet destiné à recevoir des objets précieux, il est muni d'une multitude de petits tiroirs et bien souvent d'une série de secrets faisant preuve de beaucoup d'ingéniosité.

Sedia : Siège d'inspiration antique composé de deux structures en X à dossier. Ce modèle sans dossier sera repris notamment sous l'Empire sous la dénomination de siège curule.

Sgabello : Tabouret à dossier en forme d'éventail

Publié dans : un peu d'histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 novembre 2 24 /11 /Nov 13:43

L'Art Nouveau est probablement le style où le mot création prends toute sa mesure. En effet, il ne fait référence à aucun des canons du passé, ce n'est plus un art de copiste. Sculpture et marqueterie sont à l'honneur tant dans le mobilier que l'architecture ou l'on recherche en plus de l'invraisemblable plastie une polychromie riche de ses très nombreux matériaux employés. La courbe est dominante, mais étant très nouvelle, elle n'a absolument aucun rapport avec la sage et mesurée Louis XV. L'inspiration de cette dernière est directement tirée de la faune et de la flore, mais aussi de la chevelure féminine érotique. Sinueuse, échevelée, alanguie, la ligne parcourt dans un même tracé l'ensemble du meuble. Tout est basé sur l'asymétrie et le porte à faux, la nature s'incarne dans les matériaux et les fait vibrer de toute une vie incontrôlable. Tout n'est qu'exubérance, mais rien n'est lourd car la maîtrise graphique rassemble tous les éléments dans une unité stable. La mouluration sinueuse est passée maître à cette époque et charpente l'ensemble des œuvres.

Publié dans : un peu d'histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 novembre 2 24 /11 /Nov 13:35


Y a-t-il un style Napoléon III ? Si oui, il est fait de diversités et de contradictions. Sinon, il y a une multitude de "styles" qui se juxtaposent durant cette période, se superposent parfois jusqu'à se retrouver sur le même meuble ou le même objet. Pourtant, derrière cet éclectisme triomphant, demeure un je ne sais quoi qui trahit l'époque et en est le reflet. Déjà amorcé sous Louis-Philippe, l'engouement pour tous les styles antérieurs semble la règle avec le Second Empire. On ne cherche pas à créer des meubles nouveaux, mais "à retrouver" des styles qui sont successivement remis à la mode.


Au Louis XIV, on a pris les meubles Boulle avec leurs incrustations de cuivre ou d'écaillé, et aux meubles Louis XV, leurs courbes sveltes et élancées. Le Louis XVI, qu'aimait passionnément l'Impératrice Eugénie, fut, lui aussi, largement mis à contribution. Mises à part les copies "impériales" des meubles de Riesener plus "vraies" que les vraies, les interprétations du Louis XVI empruntent, avec liberté, au style ce qu'il a en lui de plus féminin.
 
Destiné à une société enrichie qui veut briller et  séduire, le mobilier Napoléon III (et le décor qui va avec) veut avant tout paraître. La richesse de l'ornementation tient lieu de qualité, la sobriété étant, à l'époque, synonyme de pauvreté. Le goût est marqué pour les bois noirs (ébène) ou, plus souvent, poirier noirci avec incrustation de cuivre (technique héritée des meubles "Boulle").
Les énormes progrès de l'industrialisation et la mécanisation de la production changent aussi considérablement le marché. Pour répondre aux besoins d'une couche sociale nouvelle avide de considération, l'industrie produit mécaniquement des meubles aux décors qui se veulent raffinés. Pour abaisser le prix de revient, on fait appel à de nouvelle découvertes, on dore les bronzes par galvanoplastie, on remplace l'argent par le ruolz, on utilise les contre-placages pour éviter au bois de jouer. Ces nouvelles techniques, fortement encouragées par l'Empereur lui-même, n'ont pas toujours bien vieillies Si l'utilisation de la scie mécanique se perçoit dans la sécheresse du tracé, celle de la galvanoplastie, plus redoutable, est responsable de la mauvaise conservation de ces bronzes aujourd'hui dédorés.
En cette seconde moitié du XIXème siècle, on recherche avant tout l'aise. Même s'ils sont somptueux, les décors doivent se faire intimes. D'où cette profusion de petits meubles qui sont toujours à portée de main pour rendre tel ou tel service. Travailleuses, tables à jeux, tricoteuses et sièges volants (volants signifie légers et donc facilement déplaçables) se répartissent un peu partout dans les pièces. Guéridons et fauteuils encombrent l'espace. On invente des sièges : les vous-et-moi à deux places face à face, et les indiscrets, à trois places, servent à la conversation en aparté alors que la borne centrale permet de s'asseoir sous l'ombre d'un grand palmier. Le tout est noyé sous le capiton et les franges. Le tapissier règne en maître dans l'ameublement. Comme le décor est conçu pour servir et qu'il bouge, on fixe sous les pieds de petites roulettes de bronze pour en faciliter le déplacement.

Publié dans : un peu d'histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 23 novembre 1 23 /11 /Nov 22:35

La chambre, le premier endroit que vous découvrez en ouvrant les yeux le matin mais aussi le dernier avant de fermer les yeux  doit inspirer le calme et la sérénité, sans pour autant négliger l'aspect pratique. Des espaces de rangement pour vos vêtements, des aménagements spécifiques comme des coins de lecture, ou un espace réservé à la télé, avec un peu d'imagination vous pouvez concilier l'utile à l'agréable.

Généralement la tendance à concentrer ses efforts sur des parties communes visibles de nos visiteurs dans la maison, au détriment des pièces privées. Pourtant, la chambre mérite une attention particulière car c'est l'endroit où on est censé se détendre. Si l'on prend par exemple le chambre d'hôtel, au-delà de leur aspect impersonnel, elles ont l'avantage d'être pratiques. Des chambres d'hôtel correctes, sont aménagés pour qu'on puisse y lire, y travailler, ou bien y regarder la télé, parfois de manger. On n'y trouve  généralement plusieurs placards, et une salle de bains qui rendent agréable l'ambiance et procure un sentiment de bien-être et d'intimité.

En général, on n'y dispose de peu de place, mais étant donné que les chambres sont bien pensées, cela facilite beaucoup la vie. Le secret réside dans le choix du mobilier, de l'éclairage modulable ou mixte (en général doux pour inciter au repos et fort pour faciliter la lecture).

Pour bien aménager une chambre réfléchissez à la meilleure façon d'utiliser l'espace. Ne choisissez pas le lit encombrant, optez  pour un modèle en accord avec l'ambiance de la pièce. Faites la chasse au désordre !

Voici quelques conseils si vous désirez aménager votre chambre :

  • Avant d'acheter quoi que ce soit, reporte le plan de la chambre à l'échelle sur un papier quadrillé pour mesurer la place disponible une fois le lit installé. Prévoyez si possible un espace d'environ un demi mètre pour faciliter les déplacements.
  • Prenez soin de choisir des tables de chevet qui ont la même moteur que votre matelas, pour faciliter leur accessibilité.
  • L'incontournable : la couette. Vous pouvez l'agrémenter de coussins, où la couvrir d'un dessus de lit.
  • Choisissez plutôt des tons pâles, pour favoriser la détente, les couleurs vives rêvent aussi à se lever d'un bon pied.
  • Si vous installez un cabinet de toilette dans la chambre veillez à la continuité de la décoration
Publié dans : Conseils Pratiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus